Se réorienter après une première formation décevante

Image: 
10 October 2017

Se réorienter après une première formation décevante

Le système de formation duale typiquement suisse exige des jeunes d’opter pour une formation à un jeune âge. Connaissant parfois mal leurs propres intérêts et aptitudes, basant leur choix sur des informations restreintes sur les professions, certains apprentis complètent une première formation avec peu de motivation à poursuivre le métier appris. Comment ont-ils choisi leur branche ? Certains répondent : « Un de mes oncles est cuisinier. Comme j’avais pas d’autres idées, j’ai décidé de faire une formation dans ce domaine. » ou encore « Je voulais quitter ma vallée et découvrir autre chose. Le graphisme me paraissait très glamour.».

Peu de mesures subventionnées existent en Suisse romande pour soutenir ces jeunes cherchant à se réorienter après une formation initiale. Aussi, Vicario Consulting et Pro Juventute s'engagent à accompagner ces jeunes sous la forme d'un programme de coaching en réorientation professionnelle « MyFutureJob ». Cette offre gratuite s’adresse spécifiquement aux jeunes adultes entre 18 et 25 ans.  Ce soutien est destiné à des jeunes qui n’ont pas trouvé de travail après leur formation, qui ne sont pas satisfaits de leur orientation ou encore qui sont confrontés à des obstacles. Pour chaque jeune bénéficiant de ce programme, il est essentiel d’établir un contact personnel afin d’identifier ses difficultés, ses besoins, ses aspirations. Une solution individuelle est alors définie au travers d’un conseil établi avec des professionnels expérimentés.Grâce à ce programme, une chance est offerte aux jeunes adultes de découvrir de nouvelles perspectives ou des options professionnelles qui leur correspondent au mieux. Ils pourront alors se mettre à la recherche plus ciblée d’un emploi, gage d’un avenir d’adulte autonome et épanoui.


Daniel * (nom d’emprunt) savait même avant l’obtention de son CFC de plâtrier qu’il ne serait pas comblé par cette profession. Désireux d’être davantage en contact avec des personnes (clients et collègues) et très attiré par l’idée de pouvoir « rester propre » durant son travail, il a décidé d’entamer une nouvelle formation de tatoueur auprès d’un professionnel romand réputé dans la branche.

Justine * (nom d’emprunt) a un CFC de conceptrice en multimédia, mais ne souhaitait pas poursuivre dans cette voie. Après la passation de plusieurs tests, elle s’est vue recommander une nouvelle formation dans le milieu médical (assistante en pharmacie ou assistante médicale) en raison de sa personnalité très avenante, son attrait pour un travail plus pratique qu’abstrait, ainsi que son sens élevé des responsabilités.

Corinne * (nom d’emprunt) a suivi une formation aboutie de graphiste, mais ne se voyait pas continuer à exercer ce métier. Intellectuellement très vive, mais fragile sur le plan émotionnel après une succession d’expériences déroutantes, elle se sentait perdue quant à son avenir professionnel. Un bilan de compétences lui a permis d’envisager deux nouveaux domaines qui lui correspondraient: le monde des livres et l’avancement d’une cause sociale.


Si vous êtes vous-même dans une situation d'incertitude professionnelle après une première formation complétée, ou que vous connaissez des jeunes susceptibles de bénéficier du programme MyFutureJob, nous vous invitons à contacter Pro Juventute à l'adresse suivante www.projuventute.ch

Retour aux articles