COVID-19: un processus bio-sociologique total

Le COVID-19 peut infecter tout le monde, mais tout le monde n’y est pas exposé de la même manière.

Les zones de guerre ne sont pas épargnées: vingt-deux États africains figurant en tête du classement des pays les plus vulnérables sont notamment touchés. Seules les femmes enceintes semblent échapper à ce destin funeste, comme protégées par leurs boucliers de vie. Joli pied de nez! Mais de quoi parlons-nous concrètement et ce virus, franchement, qu’a-t-il à nous dire en Europe?

Cette épidémie – par-delà un épisode de crise sanitaire – est aussi un phénomène sociologique: elle trie, sélectionne, se concentre sur des segments sociaux bien spécifiques. Le Corona-19 peut infecter tout le monde, mais tout le monde n’y est pas exposé de la même manière. Ce qui fait dire au Prof. Ola Söderström – en prenant ses sources chez Michel Foucault – que l’épidémie «est un processus biosocial». Le tri, voilà un phénomène qui, en soi, appelle la peur.

Article complet HR Today.

Cet article est le 1e d’une série par Stéphane Haefliger et Angelo Vicario de Vicario Consulting:

A propos de la série

Oui, ce satané virus met à mal nos hôpitaux, nos certitudes et nos prédictions. Oui, il met à genoux nos familles, notre économie et nos habitudes. Oui, il désorganise tout ce que patiemment nous avions ordonné. Oui, il nous oblige à penser le futur différemment. Par-delà le drame sanitaire, cette série tente de répondre à la question suivante: ce virus, qu’a-t-il à nous dire sur nous, nos existences personnelles et finalement sur la place du travail en nos vies? Quatre regards spécifiques sont convoqués: le Covid-19 permettrait une «revisitation» de soi, une révélation du cadre politique, une reconfiguration des priorités professionnelles et une accélération de l’histoire. Petit, mais costaud, le Covid-19.

Prenez-soin de vous et des vôtres !

Posted in: