Intrapreneuriat : une soft-skill génératrice de disruption positive

Un feu de paille ou une vague de fond?

L’intrapreneuriat se définit comme l’art d’insuffler une mentalité entrepreneurial auprès des salarié.e.s, au sein d’une organisation existante. Cette démarche de management permet de conserver les processus de R&D à l’interne, ce qui implique souvent des coûts moindres et des résultats plus pertinents. Après tout, les acteurs de changement connaissent déjà bien les valeurs, le potentiel et les défis existants de l’entreprise.

Selon une étude par Deloitte, 63% des entreprises interrogées n’ont pas formalisé un programme d’intrapreneuriat. Pourtant, de telles politiques d’innovation représentent un attrait majeur quant au recrutement et à la motivation des employé.e.s. Sans compter sur les retombées positives en termes de disruption positive pour l’entreprise. Un point très positif : 66% des personnes interrogées indiquent que les projets d’intrapreneuriat ont été effectivement implémentés dans l’organisation. Enfin, une culture d’innovation permet de fidéliser les talents qui envisagent de quitter l’entreprise pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Être son propre patron évoque un vent rafraîchissant de liberté, un sens d’identification profonde avec son travail et une stimulation intellectuelle retrouvée.

L’avantage de l’intrapreneuriat pour les salarié.e.s est une nouvelle forme d’indépendance. Les intrapreneurs/euses se développent professionnellement et se mobilisent face à des problématiques motivantes. Ce sans le risque d’une exposition financière lourde et avec l’avantage de pouvoir s’appuyer sur des ressources souvent déjà à disposition. Par ailleurs, les salarié.e.s qui se voient confier ces responsabilités souvent stratégiques apprécient la reconnaissance de leur valeur et la confiance placée en eux.  Article complet : HR Line

Comment identifier les talents entrepreneriaux?

L’intrapreneuriat est une soft skill complexe, évaluable de manière objective. Vicario Consulting en a identifié les composantes-clés : proactivité, tolérance au risque, courage, assertivité et dynamisme. Et peut-être une certaine dose d’humilité face à l’inconnu. L’intrapreneuriat n’offre pas nécessairement des débouchés révolutionnaires. Mais force est de constater : des petits changements peuvent apporter une valeur-ajoutée conséquente!

Et chez vous? Diriez-vous que votre organisation encourage un esprit d’innovation? En aurait-elle besoin?