Le offboarding : une étape clé dans la relation employeur-employé

Une pratique parfaitement symétrique au onboarding.

L’offboarding ne consiste pas seulement dans l’organisation du dernier jour de travail et la verrée avec les collègues. Il s’agit plutôt de la façon dont l’employeur accompagne les personnes sortantes pour que ce moment délicat soit le plus fluide possible. Si bien gérée, la fin de la relation de travail peut en effet offrir une opportunité de se quitter sur une note constructive et même positive.

L’offboarding est une pratique RH incontournable de l’ « expérience collaborateur ». Cette dernière s’attache à rendre le vécu quotidien des employés la plus agréable possible, depuis leurs premiers contacts à l’embauche jusqu’à leur sortie. Pourquoi ne pas fixer des objectifs pour les dernières semaines et la passation de poste ? Pourquoi ne pas proposer des conseils en matière de recherche d’emploi ou d’intégration dans le prochain rôle ? Les éventuelles démarches avec les organismes sociaux peuvent-elles figurer sur un pense-bête remis dans un dossier de départ? Des mesures pleines de considération se déclinent au gré des moyens et de la créativité des organisations.

Les bénéfices réciproques sont nombreux pour l’entreprise et la personne qui la quitte. D’une part, les égards pris envers les personnes sur le départ en disent long sur le désir plus généralisé de placer les employés au coeur de l’organisation. En termes de motivation de l’ensemble du personnel, l’impact positif d’un offboarding soigné peut être énorme. Et puis une personne bien accompagnée lors de sa sortie jouera plus volontiers le rôle d’ambassadrice de l’organisation. Et ceci renforcera son attractivité pour des nouveaux talents. Enfin, le lien n’est peut-être pas rompu à jamais. Dans le monde en mouvance rapide actuel, il n’est jamais exclu de devoir solliciter à nouveau des anciens collaborateurs. Aussi, il vaut mieux rester en de bons termes. Article complet : RHinfo.com

Depuis 20 ans, Vicario Consulting accompagne les départments RH et les directions durant cette phase-clé qu’est la fin de la relation de travail. Qu’il s’agisse d’un plan social ou d’un outplacement individuel destinés à atténuer les difficultés d’un départ pas toujours bien vécu (début de retraite, licenciement, issue malheureuse d’une enquête, etc.).